pervers

L’abus sexuel de type seducteur-pervers, ou l’art de pervertir l’enfant

Les actes d’ordre sexuels de type séducteur-pervers commis à l’égard des mineurs sont parmi les plus courants et les plus pernicieux qui soient. Ils sont souvent qualifiés d’attouchements. L’adulte auteur des faits ne se reconnaît pas comme un agresseur sexuel, mais comme un initiateur. C’est le plaisir sensuel puis, dès la puberté, sexuel de la victime qui devient objet sexuel pour l’auteur des faits. L’auteur des faits rend la victime « séductrice » et « demandeuse » de la relation sexuelle. Il instaure un puissant lien d’emprise qui peut durer des années et qui englue la victime dans cette relation délétère. Dans ce type d’abus, la dimension du désir est scotomisée au profit de l’excitation sexuelle. Tout le poids de la culpabilité est porté par le mineur, l’auteur se déresponsabilisant de ses actes et de leurs conséquences. On peut parler de « pornographisation » du mineur.